L’entretien du lundi : Cyril Dumoulin

Il n’est là que depuis une semaine et pourtant, à le voir à l’entrainement, on croirait qu’il est dans l’effectif depuis des années. Concentré dans sa préparation et constant dans la performance, il a accepté de rejoindre le « H » pour les dernières semaines de compétition, et cette lutte pour le podium en LNH. Notre entretien du lundi, c’est évidemment avec notre gardien de but international A, Cyril Dumoulin.

 

Cyril, ça y est, tu es là depuis une semaine comment te sens-tu ?

On commence à avoir plus de repères. J’ai récupéré l’appartement et la voiture (rires) alors je suis bien installé maintenant. Je me sens de mieux en mieux chaque jour. Sur le plan sportif, c’est vraiment top. J’ai eu droit à un superbe accueil. Il y a beaucoup de choses positives dans ce groupe, dans son fonctionnement. Il est très ouvert, donc de ce point de vue-là c’est un vrai régal. Alors évidemment, il y a l’effet lune de miel quand on arrive mais on sent qu’il y a moyen que ça dure.

Que penses-tu du jeu et du groupe nantais ?

Les systèmes défensifs sont très différents entre ici et Toulouse. A Nantes, l’équipe me parait beaucoup plus agressive et prête à chercher la faute. J’ai également été assez impressionné par les shooteurs du « H ». Des joueurs comme Florian Delecroix, Sime Ivic ou encore Theo Derot et Vitaly Komogorov ont de très grandes qualités au tir. L’engagement au quotidien est vraiment impressionnant aussi, de la part de chacun, on ressent une telle cohésion, une telle solidarité, ça m’a vraiment marqué quand je suis arrivé.

dumoulin entretien

Tu as fait tes grands débuts contre Aix, quelles ont été tes impressions sur cette rencontre ?

J’ai vécu une soirée compliquée quand même. Entre la fatigue, mon arrivée précipitée, l’appréhension du premier match et le manque de repères, ce n’était vraiment pas évident. Maintenant, je profite au maximum de mes entrainements pour améliorer la relation avec les joueurs, mieux comprendre les systèmes pour identifier les formes de tirs auxquels je risque d’être confronté, mais ça va se régler petit à petit avec les joueurs et j’ai l’impression que chaque jour, ça va mieux.

De l’extérieur, on pourrait se dire « C’est un gardien, une zone reste une zone et des buts restent des buts », changer d’équipe au débotté c’est vraiment compliqué ?

En premier lieu, il y a une grande différence sur les tirs de loin. Chacun a sa façon de monter sur le contre, et c’est très variable selon les équipes, qui ont leurs habitudes sur ce type de situation. Certaines équipes ont même instauré des règles très précises. Il me faut donc enregistrer toutes les informations et les intégrer petit à petit. Je dois apprendre et connaitre les spécificités et les capacités des joueurs qui composent ma défense. Rock Feliho ne défend pas de la même façon que Nicolas Tournat par exemple. Enfin, je découvre des schémas tactiques de l’équipe et je dois également les assimiler progressivement pour me préparer. Selon la défense, les shoots peuvent varier et je dois bien connaitre les espaces que pourrait me laisser cette équipe.

dumoulin entretien 2

Mercredi, c’est la réception de Cesson-Rennes, le derby. Un match particulier pour le club évidemment, mais pour toi aussi car tu les as déjà joué deux fois avec Toulouse.

On m’a fait comprendre que ce match-là, il ne fallait pas le perdre (rires). J’ai surtout le sentiment que ce sera mon premier vrai match. Je l’attends avec beaucoup d’impatience et beaucoup d’envie. Je veux remplir mes objectifs, et cela doit passer par une victoire à domicile contre cette équipe. C’est l’occasion de montrer que mon démarrage difficile est derrière moi et que mon travail de tous les jours à l’entrainement paye.

En face, on parle beaucoup du gardien Kevin Bonnefoi (238 arrêts cette saison), tu t’attends à un gros duel avec lui ?

C’est un très bon gardien qui fait effectivement une excellente saison. Après, je ne me focalise pas du tout sur mes homologues, plutôt sur les tireurs. Forcément, je peux analyser leur prestation notamment pour avertir mes coéquipiers sur leurs déplacements ou leurs mouvements. Mais d’un point de vue personnel, je ne m’attarde pas sur eux. Ce qui me préoccupe, c’est ma cage et pas celle d’en face.

Une dumoulin

Question classique, pour conclure cet entretien, quels sont tes objectifs de fin de saison ?

L’objectif premier, c’est obtenir une qualification en Coupe d’Europe, donc le podium. Du coup, ça veut presque dire qu’il nous faut tout gagner d’ici la fin de saison. Il y a tout ce qu’il faut ici pour y arriver. Sur le plan personnel, j’espère réussir à prendre mes marques, le plus vite possible, pour montrer que je ne suis pas venu juste pour finir la saison tranquillement. C’est l’occasion pour moi de déjà prendre des repères et prendre de l’avance sur l’année prochaine.

 

#TOUSH